Mise à jour sur les Recherches d’étudiants

Recherches en cours pour examiner la capacité des galactosucres de réduire la gravité de la maladie

January 8, 2018

En avril 2017, nous avons octroyé à Alicia Fisch la Bourse de recherche pour étudiants de Maladie de Kawasaki Canada. Les recherches d’Alicia sont supervisées par la Dre Rae Yeung, professeure de pédiatrie, d’immunologie et de sciences médicales à l’Université de Toronto et scientifique principale pour la recherche en biologie cellulaire à l’Hospital For Sick Children.

La recherche menée par Alicia pourrait contribuer à établir un nouveau prédicteur du développement de la maladie de Kawasaki, qui viendrait faciliter le diagnostic, et ainsi offrir une autre approche de traitement. La recherche d’Alicia a pour objectif d’examiner le rôle des peptides dérivés de l’élastine (EDP) dans le développement de la maladie de Kawasaki et de déterminer s’ils peuvent être inhibés par les galactosucres (par exemple le lactose). La plus récente découverte d’Alicia est que les galactosucres peuvent servir à modifier la cardiopathie chez les souris atteintes de la maladie de Kawasaki (MK). Les souris malades qui ont consommé de l’eau supplémentée en galactosucres ont développé la maladie à un degré moins grave que celles ayant consommé de l’eau non supplémentée en galactosucres. Les recherches suivent leur cours afin d’examiner la capacité des galactosucres de réduire la gravité de la maladie. Ce pourrait être le début d’une nouvelle approche du traitement des patients atteints de la maladie de Kawasaki!

Vous pouvez lire la mise à jour détaillée sur la recherche d’Alicia ici.

Aidez-nous à continuer de soutenir la recherche qui pourrait nous permettre d’apporter des améliorations au diagnostic et au traitement des enfants atteints de la maladie de Kawasaki en versant un don.

 

Maladie de Kawasaki Canada – Mise à jour sur la recherche sur les peptides dérivés de l’élastine dans le développement de la maladie de Kawasaki

Par Alicia Fisch – Le 8 janvier 2018

La maladie de Kawasaki (MK) est une maladie inflammatoire pédiatrique des vaisseaux sanguins dans de nombreux systèmes organiques de l’ensemble de l’organisme. Les vaisseaux les plus souvent endommagés sont les artères coronaires qui approvisionnent le cœur en sang. Cela se traduit par l’affaiblissement des parois artérielles et la formation d’un anévrisme. Une caractéristique particulière de la formation d’un anévrisme réside dans la décomposition de l’élastine. L’élastine consiste en une importante protéine structurale que l’on trouve dans la couche intermédiaire des artères, y compris les artères coronaires. La décomposition de l’élastine génère de petits fragments qui se déplacent grâce à la circulation sanguine, appelés peptides dérivés de l’élastine (EDP). Fait intéressant, les EDP ne sont pas que de simples sous-produits. Ils sont en fait actifs. Les EDP se lient au récepteur de l’élastine pour provoquer plusieurs événements biologiques, notamment  la régulation positive des molécules capables de dégrader l’élastine. Cela entraîne une décomposition encore plus grande de l’élastine et une production accrue d’EDP, créant ainsi un cercle vicieux qui favorise la formation de l’anévrisme chez les enfants atteints de la MK. En plus des EDP, le récepteur de l’élastine peut aussi se lier aux galactosucres. Cependant, contrairement aux EDP, la liaison de ces sucres induit un changement dans la forme du récepteur de l’élastine qui l’amène à se décomposer. Par conséquent, l’objectif de recherche global consiste à examiner le rôle des EDP dans le développement de la maladie de Kawasaki et à déterminer s’ils peuvent être inhibés par les galactosucres. Les résultats antérieurs ont démontré l’activité biologique des EDP, y compris la capacité de réguler positivement les principales molécules participant à la décomposition de l’élastine et à la formation de l’anévrisme dans la MK. Qui plus est, il a été démontré que cet effet était inhibé en présence de galactosucres. Il a également été constaté que les EDP étaient en hausse dans le sang des souris malades présentant une inflammation de l’artère coronaire comparativement aux souris non malades pendant le développement de la maladie. Les travaux se poursuivent afin d’examiner le lien entre les EDP et les enfants atteints de la MK. Il n’existe pas d’essai en laboratoire unique pour diagnostiquer la maladie de Kawasaki de façon définitive et les symptômes s’apparentent souvent à une infection non spécifique. Cela peut entraîner un retard de diagnostic et de traitement, ce qui accroît le risque de formation d’un anévrisme. Une hausse des EDP dans le sang des souris malades donne à penser que les EDP pourraient constituer un nouveau prédicteur du développement de la maladie. La reconnaissance de cet état de choses facilitera le dépistage des enfants à risque élevé et aidera à orienter la thérapie de façon appropriée. Par ailleurs, des données récentes suggèrent que les galactosucres peuvent servir à atténuer les risques de cardiopathie chez les souris qui développent la maladie de Kawasaki. Les souris malades qui avaient consommé de l’eau supplémentée en galactosucres avaient contracté la maladie à un degré moins grave que celles qui avaient consommé de l’eau non supplémentée en galactosucres. Les recherches se poursuivent dans le but d’examiner la capacité des galactosucres d’atténuer la gravité de la maladie. Des lésions artérielles se développent dans une proportion allant jusqu’à 25 % des enfants atteints de la MK traités de façon appropriée. Le potentiel d’inhibition des EDP qu’affichent les galactosucres offre une autre approche de la thérapie et ouvre la porte à de nouvelles cibles pharmacologiques. Par conséquent, les résultats de cette recherche influeront à la fois sur le diagnostic et sur le traitement des enfants atteints de la MK.